Le Gentilhomme Sevillan …quelle histoire !!!!

J’adore l’émission de télévision « Faites entrer l’accusé » le dimanche soir sur antenne 2 présentée par Frédérique Lantiéri ; La, on nous sort de « derrière les fagots » des histoires glauques d’héritage et d’épouvantables assassinats, ayant fait l’objet de procès retentissants………mais rapidement oubliés  !!!!!! …on a vite fait aujourd’hui d’être atteint de défaillance ponctuelle de la mémoire : l’OUBLI …… »maladie » qui  arrange bien notre société actuelle devenue si égoiste…si individualiste ….si….si …..laide !!!!!!

Lorsque vous irez au Louvre et que vous admirerez le tableau ci-dessus nommé n’oubliez pas qu’une pauvre femme naïve  a perdu la vie lamentablement, dans une déchéance totale …..à cause entre autres de ce tableau qui lui appartenait(malheureusement pour elle, elle était riche) et qui a fait la convoitise de bon nombre de personnes soi-disant respectables voire très connues  !….devenues de vrais vautours .
Le Gentilhomme sévillan de Murillo puisqu’il s’agit de cette oeuvre, la plus belle du département des peintures espagnoles du Louvre, a été au centre d’un des plus sensationnels faits divers de la France voilà environ 25 ans : pendant plusieurs années, Suzanne de Canson fut dépouillée de tous ses biens par une amie Joëlle Pesnel, qui finit par la séquestrer, jusqu’à la faire mourir horriblement  en 1986. Le scandale devint énorme quand on apprit que le Louvre avait acheté à Joëlle Pesnel par l’intermédiaire de Christie’s ce portrait volé à sa victime. Au terme d’une longue procédure, la justice finit par délivrer un quitus au musée. En 2001 la cour d’appel de Paris a clos ce dossier en estimant que «la direction des musées de France avait pris les précautions qui s’imposaient» en l’achetant. Les magistrats ont donc refusé de restituer le tableau aux héritiers de Suzanne de Canson.Pas de licence. Pour obtenir réparation, ceux-ci se retournent désormais contre Christie’s. Ils accusent la célèbre  maison de ventes d’avoir mené à bien cette transaction alors que ses responsables étaient avertis que le tableau était vraisemblablement dérobé. Devant le TGI,  Me  Hershkovitch a réclamé à Christie’s au moins 3 millions d’euros, la valeur du Murillo.Joëlle Pesnel avait en effet contacté Christie’s à Genève et obtenu 155 000 francs suisses (104 000 euros) d’avances. La peinture fut inscrite à la vente de Londres du 5 juillet 1985. Mais la toile était sortie en fraude de France et sa mise en vente provoqua une émotion compréhensible au Louvre. Pierre Rosenberg connaissait bien ce portrait: il l’avait examiné dix ans plus tôt, et, en 1981, il avait fait connaître le voeu du musée de l’acquérir. Aucune licence d’exportation n’avait été délivrée.Rosenberg et Hubert Landais, directeur des musées de France, prirent contact avec Christie’s en exigeant le rapatriement de la toile. Dans la foulée, le Louvre proposa de l’acheter pour 5 millions de francs (760 000 euros). L’avocat parisien de Christie’s, Me Duminy, s’occupa des négociations.Christie’s pouvait-elle se douter que l’oeuvre n’appartenait pas à Joëlle Pesnel????? Oui, répond sans hésiter Me Hershkovitch. Apprenant la vente de Londres, plusieurs amis de Suzanne de Canson avaient alerté la société, s’inquiétant que la peinture pût être mise en vente sous un autre nom que celui de Madame de Canson. Aux yeux de Me Duminy, ces tiers ne représentaient pas légalement Mme de Canson. Il estime avoir pris «toutes précautions nécessaires» en réclamant une attestation de propriété aux avocats de Joëlle Pesnel, Mes Paul Lombard et Robert Boissonnet. Complice de sa cliente, Madame Pesnel,  ce dernier fit parvenir des documents plus ou moins trafiqués, dont l’un portait une signature contrefaite de Madame de Canson.

Christie’s n’en fut pas moins rassurée. Pourquoi, compte tenu de cette accumulation de problèmes, n’a-t-elle pas rompu tout lien avec Mme Pesnel? Evidemment la maison de ventes tenait à récupérer l’avance imprudemment consentie. Sans compter sa commission puisqu’elle agissait, selon Me Duminy, «en tant qu’intermédiaire rémunéré» dans la cession au Louvre.

Séquestrée. Ce cafouillage fut à l’origine du calvaire de Suzanne de Canson. Inquiet de savoir qu’elle avait prévenu ses amis, Me Boissonnet alla la chercher en Suisse pour la ramener sur la Côte d’Azur, où elle fut enfermée par Joëlle Pesnel dans une villa de la Garde… achetée avec l’argent du Murillo. Suzanne de Canson mourut un an plus tard affamée, brûlée à l’eau de Javel ou l’eau bouillante, privée de soins, se nourrissant de ses excréments.

Je me souviens de cette invraisemblable histoire ….en conclusion Madame Pesnel a été condamnée  pour sequestrations, mauvais traitements, vol etc …….à 16 ans de réclusion ; Maitre Boissonnet lui a écopé de  quelques années de prison dont une il me semble avec sursis ….les responsables du Louvre n’ont pas été reconnus coupables …donc rien pour eux ! Maitre Lombard aussi a été mis hors de cause !!! pensez-donc, toucher à l’époque à ce médiatique avocat fréquentant ce qu’on appelle le « beau monde » !!!!!!!!!!!!! jet-set …monde des affaires ….monde politique …….!VOUS N’Y PENSEZ PAS VOYONS ….!

Dans toute cette boue ….(pour ne pas écrire le mot plus adapté que Cambronne a prononcé et que tout le monde connait) on a oublié cette pauvre vieille dame morte dans des souffrances atroces sans que personne ne s’aperçoive de rien ….on a oublié les héritiers lésés,  qui bien sur, ainsi qu’on l’a vu ci-dessus n’ont pas manqué de réclamer des comptes toujours pas réglés à ce jour !!!!!!…..mais dans un sens, je dois dire que je n’ai pas de compassion pour eux, car à l’époque ils n’ont apparemment rien tenté eux-mêmes pour sauver Madame de  Canson……dans un sens, s’ils n’arrivent pas à récupérer ou le tableau qui est toujours au Louvre, ou sa valeur …..je suis de celles et ceux  qui s’en « foutent » bien que ce ne soit pas très juste au regard de la justice !!

TRISTE…..TRISTE …..TRISTE …….tout ça !!!!!! Que ne fait pas faire l’argent !!! car à n’en pas douter, si Madame de Canson avait été une pauvre mémé sans le sou, certes …..il ne faut pas rêver,  elle n’aurait pas eu plus de monde pour s’occuper d’elle, mais au moins, au pire des cas, elle se serait retrouvée placée par les services sociaux,  dans une maison de retraite peut-être du plus bas niveau, mais ou elle n’aurait tout de même pas eu à manger ses excréments !!!!!!!!

AU FOND JE SUIS TRES HEUREUSE DE NE PAS ETRE RICHE …………et ce sera ma conclusion à cette sordide affaire !

Le Gentilhomme Sevillan ...quelle histoire !!!! dans argent pourrisseur-arnaques-qui se moque de nous bartolome-esteban-murillo-portrait-de-i-m-fernandez-de-velasco-gentilhomme-sevillan-n-7284221-0-225x300

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 26 avril, 2014 à 23:57 dali écrit:

    Oui c’est une triste histoire, mais votre conclusion est discutable. C’est bien d’avoir l’ambition et essayer d’être riche, tout en gardant dans l’esprit que l’argent est un moyen et pas une finalité en elle même.

    Un moyen pour vivre dignement et faire le bonheur des autres. Il suffit de regarder autour de sois pour se rendre compte que beaucoup sont dans le besoin…

Laisser un commentaire

Mairie Semur-en-Brionnais I... |
CETTE ANNEE LA ... |
Noemie's blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog intéressant
| bdmoche
| my blog